Farce grotesque et numérique librement inspirée du très génial Henrik Ibsen

Un bal.
La fête.
La joie.
Un couple.
Le début ici, sur le web.
Une fin imminente, sur scène et en streaming live.
Effondrement du système.
RAS, nous sommes encore en vie.

Adaptation, mise en scène : Mathilde Gentil / Avec : Nicolas Grosrichard et Sandra Piquemal / Dramaturgie, assistanat à la mise en scène : Adele Rutigliano / Création vidéo : Impressions et Catharsis, Jérémy Prudent / Costumes : Docteur Couture / Lumières : Frédéric Duplessier / Collaboration web : Adlane Abbioui, Ivan Chabanaud, Guy Gentil  et Charly Sicard / Traduction : Pierre Georget La Chesnais

Du 11 au 14 février 2015 à 20h00 au Théâtre de la Jonquière, Paris XVIIème
Et sur le web : www.le-bal-des-stenborg.com

QUI EST NORA ?

Nora est FemmeS.
Elle est mère, elle est épouse, elle est enfant, elle est maîtresse de maison, elle est aussi criminelle..

Nora a autant de facettes qu’elle a d’interlocuteurs. A l’image de la difficulté de poser une possible définition de l’identité féminine, Nora semble insaisissable. C’est cette question de l’insaisissable féminin que nous travaillons ici…. Qu’est-ce qu’être une femme, à ses yeux, aux yeux des autres, et particulièrement aux yeux de l’homme ? Qu’est-ce qu’être une femme aux yeux de nos sociétés d’aujourd’hui ? Et surtout, comment le devenir ? Et au-delà, du genre et du sexe, comment devenir soi-même ?

Le projet Le bal des Stenborg est avant tout un laboratoire sur le langage et la représentation, une mise en relation possible entre deux médias différents. En miroir du spectacle, et continuellement alimentée en direct live, existe une plateforme web dans laquelle le spectateur peut naviguer et plonger dans l’univers du texte d’Ibsen. Invité au bal des Stenborg, derniers instants de bonheur pour le couple Helmer, il assiste dans la joie et la fête, à la décomposition de leur mariage; leurs systèmes de fonctionnement, faisant alors écho aux dysfonctionnements d’un système plus global et sociétal.

C’est une rencontre entre des écritures, celle du numérique, celle d’Ibsen et la nôtre, Cie de spectacles vivants. Avec ce spectacle, nous souhaitons créer des espaces qu’ils soient matériels ou non, et des ponts entre des pratiques et des artistes, et avec le public. L’utilisation d’internet et du numérique est avant tout une réflexion autour de l’expérience et du rôle du spectateur dans le spectacle et dans la fiction.

.

Ce spectacle est soutenu par

Visages du monde (95)

Mairie de Achères (78)

Château Ephémère (78)